Chapter I / Chapitre I

[from Letters to My Unborn Assassin Daughter
by Kate Horowitz]

He said
You look like trouble.
I said
Oh, I am.
We lowered our weapons
and laughed
until our bellies ached.

 

[entre nous
par Krista Faurie]

Toi, cueilleur de fleurs —
Le prix de la beauté est inestimable
Moi, bûcheron —
SMIC

 

[LOOM
by d’Ores&Deja]

I’ve swum              in your electric              iris
where things
become                             soft-edged
& have seen
what the dark      red of closed      eyelids had
left unspoken.

 

[sans titre
par Rachel Lamoureux]

je suis morte cent fois
d’avoir été à la hauteur
mais que, semble-t-il,
ça ne suffisait pas.

c’est comme se faire dire
vous êtes trop qualifiée –
on se demande à quoi ça sert
les bretelles, les diplômes
et la tendresse.

 

[Anatomy of Anxiety
by Robert Hamilton]

Turned on a lathe
by a hand not our own:
shavings peel back
like waves.
We call these bodies
our own, but in the skull
something small
gnaws with its single tooth.
You want out, don’t you,
little oviparous truth?

 

[La trame
par Madeleine Stratford]

Le manque est une maille que l’on saute. Un fil qui dépasse.
Le manque importait peu, au fond, mais nous avons tiré.
Notre trame s’est défilée d’un coup.
Il n’y a plus entre nous qu’un trou qui bée et un long fil défait.

 

[Beauty, taken
by Meaghan Andrews]

The magnolia blossom
is beautiful, so I pluck
it and so is your hair
so I tie it around my
wrist and then immortalize
it in ink. Only, ink doesn’t
adhere to the magnolia
branch or replace the empty
space on your scalp.

 

[sans titre
par Jonathan Lamy]

Chaque partie de chaque corps. Révolte après révolte.
Est belle à vivre. Nomme-les avec moi. Avec ton regard.
Du dedans du corps. L’écriture retourne à la peau.
Qui l’accueille. Qui la boira toute.