hégire d’hiver

par Frédéric Goulet

Amours nordiques
               et aventures suantes. Deux pôles pareils

qui, comètes, préludent les mêmes fatalités
               chez moi.

Sous forme de peau cyanosée, gelures
               ou coups de brûlures du jaune d’œuf

céleste, le corps miroite, de motifs lymphatiques
               à cutanés, un manque de par-devers

toi ou un autre. Le mouvement orbital
               du globe met ses pas dans les miens. Une Danse.

               Passage de saisons.

Mes échecs airains ou élavés suivent
               une suite corolaire : proies vénéneuses

que je braconne en saison, leurs peaux
               furieuses qui me chassent d’invectives en meutes

et les fauconneries promises. Été ou hiver
               mes cris au loup se vouent à contrecarrer la véracité

du conte. Equinoxe blanc et solstice doré s’immolent en songes
               gluants d’idées génésiques,

songes transis par la simple moelle
               d’une nuit. Tondre mes attentes douces

toutes en agneaux, ébarber ma couleur neige-blanche
               au beige, retrouver les fissures

de mon canevas et les farcir d’avalanches.

               Parasite libération.

Croiser les doigts de jours bourgeons,
               mouiller l’encens, que la fumé fraise prenne son temps

ou ne naisse jamais. Souhaiter le retour vestiaire tapissé
               cadavérique, ocre, des crevassés pyrotechniques.

               Mon nom est quelque chose,
               dans mon gris-gris, du grenat
               quel signe que je fais, capricorne
               tendances au pugilat. Ganté de ceste,

collapsus immédiat, chaîne réactionnaire
               d’un clap-clap détonnant

dans l’arène de l’amoureux aboyant.
               Et toi et
               nous et lui.

Il m’a fallu une continuité infinie
               pour atterrir
               et toi
               toi

en fait toute ma vie
               jusqu’à maintenant
               et lui
               lui.

Monnaie d’échange projet resté en page
               blanche et toi et nous et moi,

saisis et lance une pièce
               voilier, castor ou cerf

mire de quel côté de cette image
               je tombe :

les rues enneigées
               en hiver sont des folles condamnées

mais les rivières gèlent
               et sont plus grandes encore. Patinant,

nos six degrés de séparations se comptent
               à

rebours. T’es plus proche
               ou plus loin

en hiver.
               Je sais plus.

 

[Frédéric Goulet est un comédien, auteur et metteur en scène qui s’est intéressé à l’écriture avant tout par la dramaturgie et des pièces de théâtre. Fortement influencé par ce genre d’œuvres (qui sont bien plus littéraires qu’on ne le pense), sa démarche s’attarde surtout sur le côté prosodique d’un texte et le rythme de la parole qui s’en dégage. “hégire d’hiver” est sa première publication.]